La Tétralogie Mickey

Ou « La Saga des Illusions »

Comme son nom l’indique cette tétralogie comprend quatre jeux sortis sur Sega Master System, Game Gear et Mega Drive proposant d’incarner Mickey Mouse. La célèbre mascotte de Disney s’est bien entendu retrouvée dans de nombreux autres jeux, mais ceux dont nous allons parler sont reliés par une même nomenclature. Ainsi ils sont présentés, volontairement ou non, comme une série. Pourtant ils n’ont pas toujours de points communs et ne se suivent pas scénaristiquement.

D’ailleurs cette tétralogie se divise clairement en deux duologies. Castle et World furent développés par Sega AM7 sous la direction d’Emiko Yamamoto et sont sortis sur Mega Drive. La ressemblance se ressent bien au niveau du gameplay, assez lent et lourd là où Land et Legend sont plus dynamiques. Land a été développé par une autre équipe de Sega menée par Yoshio Yoshida et est sorti sur Master System alors que Legend, sorti sur Game Gear, a été confié à un studio tiers du nom d’Aspect.

Castle of Illusion

Une expérience de platforming plutôt solide malgré la lenteur de Mickey, le jeu est assez plaisant et relativement joli. Bien que très court, le manque de système de mot de passe m’a découragé à le terminer après avoir lamentablement échoué sur le boss de fin. Ce genre de punition n’était pas rare à l’époque, mais reprendre un jeu entier depuis le début n’est jamais très agréable. En particulier quand on voit le dernier stage de la tour de l’horloge qui n’est pas des plus plaisants.

La manière dont Castle of Illusion est structuré m’a particulièrement interpellée. Dans la première moitié du jeu, on récolte un joyau par stage de manière assez linéaire et prévisible. Puis, dans la seconde moitié, le rythme s’accélère drastiquement et le jeu nous offre un joyau puis un autre presque gratuitement sans que le joueur ne fasse grand chose. J’en suis venu à me demander si les développeurs n’avaient pas prévu un jeu plus long mais avaient manqué de temps ou de place pour donner corps à leurs idées et ont dû chambouler leurs plans en dernière minute. Malgré ce petit goût d’inachevé, le jeu reste assez agréable et mérite d’être découvert.

Joué en direct lors de FLASHBACK, la vidéo est disponible sur Twitch ou sur YouTube.

World of Illusion

Je suis déjà un peu plus mitigé ici. Visuellement rien à redire, le jeu est soigné et offre même quelques effets très intéressants comme les jeux d’ombre sur les rideaux dans le monde de la magie. Mais d’un autre côté, la musique est un massacre pour les oreilles. Le jeu propose d’incarner Mickey ou Donald, mais sans aucune différence de gameplay hélas. Chaque héros traverse quelques niveaux uniques, ce qui offre un peu de profondeur mais cela reste somme toute assez léger.

Les contrôles sont plutôt rigides et même si je ne peux pas dire avoir été particulièrement gêné, l’expérience n’a pas été spécialement plaisante non plus de ce côté. Au final, si ce n’est la possibilité de jouer en co-op, World of Illusion est en réalité assez banal dans son ensemble. Pourtant il semble qu’il s’agisse du titre le plus apprécié de la série, ce qui je pense est surtout dû à son côté multijoueur et ses graphismes. Mais on ne le retiendra pas pour son gameplay, c’est certain.

Joué en direct lors de FLASHBACK, la vidéo est disponible sur Twitch ou sur YouTube.

Land of Illusion

Bien qu’encore une fois très court (un point commun des jeux de la saga), Land of Illusion est un mélange de plateforme et d’aventure très réussi à mon sens. Il offre des idées et des mécaniques novatrices pour l’époque avec notamment une revisite de certains stages. Cet aspect backtracking parvient à ne pas casser le rythme du jeu en ouvrant de nouveaux chemins dans les niveaux grâce aux nouvelles capacités qu’acquiert Mickey au fur et à mesure de sa progression.

Même si les graphismes, la musique ou même les contrôles ne sont pas révolutionnaires, ils sont travaillés et tiennent la route, ce qui crée au final une expérience très agréable. À tel point que je considère aisément ce jeu comme le meilleur épisode de la série. Étonnant quand on sait qu’il a été développé pour la Master System, console « inférieure » donc à la Mega Drive. D’un autre côté, il a également été développé par une autre équipe que les précédents, sans remettre en question le travail d’AM7.

Joué en direct lors de FLASHBACK, la vidéo est disponible sur Twitch ou sur YouTube.

Legend of Illusion

Peu de choses à dire sur ce dernier jeu qui est excessivement court et facile. Il n’est pas véritablement mauvais, en fait j’ai même passé un bon moment. Cependant il s’agit d’un jeu qui s’oublie très vite parce qu’il ne propose rien de marquant, dans le positif comme dans le négatif. Le visuel est correct, les contrôles répondent bien et ça s’arrête là. Notons quand même un dernier boss un peu contre-intuitif où l’on demande au joueur de sauter sur la tête d’un ennemi alors même que cela n’est jamais efficace ailleurs, mais bon.

Pour autant que je sache, le jeu n’est jamais sorti que sur Game Gear, puis sur Master System au Brézil des années plus tard. Clairement le choix de la plateforme est plus un handicap qu’autre chose, la Game Gear affichant un niveau de frame blending tellement élevé que l’image devient excessivement floue au moindre mouvement. Il aurait peut-être pu se hisser au-dessus de la moyenne sur une console de salon ?

Joué en direct lors de FLASHBACK, la vidéo est disponible sur Twitch ou sur YouTube.